Promouvoir l’insertion de l’approche genre dans les instances du développement local en Algérie

Un groupe de 35 élues, cadres et gestionnaires des collectivités locales ont pu renforcer leurs compétences en matière d’intégration de l’approche genre dans le développement local. Organisé par le Ministère de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire (MICLAT), avec l’appui d’ONU Femmes, cet atelier de 4 jours avait pour objectif d’outiller les acteurs concernés en connaissances nécessaires à la promotion d’un développement local sensible au genre

Date : mardi 20 novembre 2018

Formation MICALT ALG
Photo: ONU Femmes

 

Il s’agit d’une première formation rassemblant des femmes élues et des cadres des collectivités locales y compris secrétaires générales des Wilayas ou les participantes ont eu l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises à travers un exercice pratique de développement de projets incluant l’approche basée sur les droits humains et le genre.Les séances ont été encadrées par l’experte internationale Nalini Burn, qui a commencé par introduire le concept du genre comme outil de diagnostic social, ainsi que la pertinence de ce dernier dans la gouvernance locale. L’atelier s’est poursuivi par un module dédié à la budgétisation Sensible au Genre (BSG), complémenté par les implications du genre dans le développement local. C’est ainsi que les bénéficiaires ont longuement échangé avec la spécialiste mais aussi entre paires sur les synergies au niveau des Assemblées populaires communales (APC), Wilayas et directions d’exécutifs, et leur rôle dans l’amélioration des conditions des femmes. Un échange des résultats des projets proposés a permis de mieux visualiser les besoins que rencontrent les femmes dans la gouvernance locale. 

L’experte Genre Nalini Burn a, quant à elle, précisé « à chaque fois qu’on cherche la cause d’un problème, on nous renvoie aux coutumes, aux règles, or, les règles changent, il y a toute une évolution. Si l’égalité entre les femmes et les hommes existait vraiment, il n’y aurait pas besoin de faire une formation. Mais les problèmes existent et pour ceci, il faut avoir les outils, se donner les moyens de savoir, mais surtout, il faut changer les mentalités ».

Pour Boudalia Nadira, Présidente de l’APC de Bousfer et l’unique femme maire des 26 communes de la Wilaya d’Oran, ce type de formation relève d’une grande importance pour son travail : « En utilisant les outils pertinents, ces journées nous ont aidées à identifier les problèmes, notamment ceux des femmes ». S’exprimant sur l’application de l’approche genre dans son travail, Amina Hariche, sociologue et Présidente de Commission à l’Assemblée Populaire de la Wilaya de Blida, a souligné « ces séances vont sans doute m’aider pour à analyser ce que les femmes peuvent apporter au niveau des collectivités locales. Dans ce sens, cette formation nous a surtout aidé à renfoncer le rôle que les élues peuvent jouer dans l’amélioration des conditions des femmes ».

Cette formation s’inscrit dans le cadre du programme de coopération TAF’IL sur le renforcement de l’effectivité de l’égalité entre les femmes et les hommes en Algérie 2015-2018, signé entre le Gouvernement Algérien et ONU Femmes, avec le soutien financier du gouvernement de la Belgique.