Leadership et participation politique des femmes en Tunisie : 200 fonctionnaires tunisiennes formées en matière de leadership et de développement personnel

La Présidence du Gouvernement tunisien a organisé, en partenariat avec ONU Femmes, un cycle de formations visant le renforcement du leadership de 200 femmes cadres des instances décisionnelles de l’administration publique dans 5 gouvernorats.

Date : mardi 4 septembre 2018

Formation leadership politique societe civile Tunisie ONU Femmes
 

Composée de 9 sessions de 2 journées consécutives chacune, cette formation émane des recommandations de l’étude « Présence des femmes dans la fonction publique et accès aux postes de décision » qui prône, entre autres, le renforcement des capacités des femmes cadres pour promouvoir leur accès aux postes de décision au sein de la fonction publique. Son objectif est de renforcer le leadership des femmes pour encourager la participation volontaire des collaborateurs et collaboratrices dans un secteur public engagé dans des réformes et appelé à atteindre un niveau de performance plus élevé. L’étude a été menée dans le cadre du projet « promouvoir l’accès des femmes aux instances de gouvernance au Maghreb et au Machrek ».

Les 200 participantes, directrices générales dans l’administration publique tunisienne, ont ainsi eu l’occasion de renforcer leurs connaissances en termes de techniques de développement personnel, de maitrise des outils managériaux nécessaires pour mener à bien leur mission au quotidien. L’approche, de type participatif interactif, a misé sur l’utilisation optimale des connaissances et expériences des participantes avant l’étape d’acquisition de connaissances par des exercices pratiques pour une mise en pratique effective dans l'exercice de leurs fonctions.

La question de l’accès des femmes aux postes de direction dans la fonction publique revêt une importance capitale d’autant plus que le taux d’activité des femmes se situe en dessous des attentes des autorités publiques. En effet, la féminisation des postes est passée de 5.6% en 1966 à 18.9% en 1975, 23.8% en 2000, 24.2% en 2004 pour atteindre 26.7% en 2016. 

Le projet « promouvoir l’accès des femmes aux instances de gouvernance au Maghreb et au Machrek » s’inscrit dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) « Femmes d’avenir en Méditerranée », financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères français. Il vise à renforcer la représentation des femmes dans les postes de responsabilité du secteur public au Maroc, en Tunisie, Egypte et Jordanie.