Où je me tiens: Nesrine Charikhi, «Il est important de souligner que les femmes doivent s'exprimer contre le harcèlement»

Nesrine Charikhi, d'Alger, la capitale de l'Algérie, travaille comme journaliste à la radio depuis 11 ans. En 2017, elle a participé à une formation journalistes sur le reportage sensible au genre organisée par ONU Femmes en partenariat avec le ministère algérien de la Communication. Un an plus tard, Charikhi explique en quoi cette formation l'a aidée à changer sa façon de reporting sur la violence à l'égard des femmes et des filles, en particulier dans son émission radio «Au cœur de la société» sur Chaine 3, où elle produit également d'autres programmes sur l’égalité et la violence contre les femmes et les filles.

Date : mardi 27 novembre 2018

Nisrine Charikhi ONU Femmes algerie
Photo: ONU Femmes / Rocio Sanhueza

 

«En tant que journaliste radio, je considérais la question de la violence à l'égard des femmes comme des faits divers, un phénomène qui n'affecte que les femmes vulnérables. La formation avec ONU Femmes m'a aidé à voir les choses sous un autre angle et j'ai appris par exemple que la violence était plus répandue que je ne le pensais. Il était important pour moi de commencer à faire connaître ce problème en dehors des dates phares et d'aller au-delà des reportages afin de discuter et d'analyser, sur notre chaine radio, des aspects importants tels que les différents types de violence, comment les reconnaitre, ce que cela implique et ce qui doit être fait. En plus de présenter des chiffres et des statistiques sur la violence, je cherche aussi des témoignages et des histoires de femmes pour exposer des expériences réelles. Depuis le début de la saison en septembre, nous avons diffusé cinq émissions sur l’égalité des sexes et la violence à l’égard des femmes et des filles.

En plus de nous aider à créer un réseau avec des organisations de la société civile et d’autres journalistes, cette formation m’a fait comprendre qu’il était nécessaire d’avoir plus de femmes dans les médias, non seulement en termes de nombre, mais également en nous assurant de les voir et d’écouter ce qu’elles ont à dire sur des sujets autres que la météo, la culture ou les tendances. Et c’est pour cette raison que je fais de mon mieux pour inviter des femmes expertes sur les différents sujets que je traite dans mon émission.

Pour les 16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes et aux filles qui coincident cette année avec le 1er anniversaire du mouvement #MeToo, je compte mettre en exergue le message selon lequel les femmes devraient s'exprimer contre le harcèlement. Par exemple, une jeune femme qui, malgré le fait qu'on le lui avait déconseillé, a insisté pour déposer une plainte contre harceleur dans le bus et a gagné le procès, donnera son témoignage lors de l’émission. Les voix des organisations de la société civile seront également reçues et écoutées sur la chaîne pour orienter les victimes de la violence vers des solutions appropriées et continuer à sensibiliser la population ».

 

Nesrine Charikhi, 36 ans, travaille comme chroniqueuse à la Radio Algeria International. Elle produit et anime actuellement «Au cœur de la société», un segment en français sur Channel3. Elle a participé à la formation d'ONU Femmes sur la sensibilisation des professionnels des médias aux questions de genre, organisée dans le cadre du programme «Taf'il» sur le renforcement de l'égalité des droits entre les femmes et les hommes en Algérie, avec le soutien financier du gouvernement belge. Le travail de Nesrine contribue à l’objectif de développement durable 5, qui vise à plaider en faveur de l’égalité des sexes et à autonomiser toutes les femmes et les filles.

ODD 5 ONU Femmes