Dans les propos de Neziha Labidi : « Le plan d’action national de mise en œuvre de la Résolution 1325 est une pierre angulaire nécessaire à la Tunisie pour consolider davantage les droits humains des femmes »

Date : vendredi 27 juillet 2018

Ministre_Neziha_Labidi_Tunisie_4juillet2018
Madame Neziha Labidi lors de la présentation du Plan d’Action National 1325 le 4 juillet à Tunis. Photo: CAWTAR / Radhouane Largui

Politicienne et activiste, Neziha Labidi est ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Séniors en Tunisie. Elle a présidé le 37ème congrès de la Commission de la Femme Arabe ainsi que la réunion préparatoire de la 62ème Commission de la Femme des Nations Unies, tenus en Tunisie en mars 2018, et à la marge desquels Tunis a été déclarée Capitale de la Femme Arabe 2018-2019. Vice-présidente du Conseil des Pairs pour l’égalité et l’Equivalence des Chances entre les Femmes et les Hommes, et Présidente du comité de pilotage de l’élaboration du Plan d’Action National de mise en œuvre de la résolution 1325, elle revient sur le lancement de ce dernier le 4 juillet 2018, ainsi que les réalisations de la Tunisie en matière d’égalité entre les sexes et d’autonomisation des femmes.

 

En tant que ministre à attributions transversales, mon défi majeur consiste à trouver les mécanismes adéquats afin de contribuer au développement d’une société où chaque personne trouve sa chance et jouit pleinement de ses droits et libertés dans le respect mutuel et l’acceptation de nos différences. J’ai été nommée depuis bientôt deux ans à la tête de ce Ministère (septembre 2016), à une période de transition démocratique où les défis à relever sont importants dans les quatre secteurs de la famille, la femme, l’enfant et les séniors, et en lien direct avec les attentes sociales de première ligne.

 

Consciente de la réalité de mon pays relative à la disparité de développement entre les régions et l'injustice sociale qui continuent à se creuser, je ne pouvais accepter les demi-mesures, et je devais avoir un tableau de bord et des dates buttoirs pour chaque projet : la faible croissance économique qui exige une contribution effective de chaque citoyen et citoyenne, le taux de chômage des filles qui constitue le double de celui des garçons malgré qu’elles représentent 68℅ des diplômés du supérieur, ainsi que la faible présence des femmes dans les postes de prise de décisions qui reste un défi majeur, y compris dans les secteurs tel que le corps de la Sûreté Nationale, de la Défense, de la Diplomatie, de la Gouvernance régionale, locale et autres.

 

Le plan d’action national de mise en œuvre de la Résolution 1325 femme paix et sécurité émane d’une volonté politique pour l’application des articles 21 et 46 de la constitution de 2014, du Pacte de Carthage, des priorités du Gouvernement de l’Union Nationale, et des Objectifs de Développement Durable. Son élaboration a été marquée par l’engagement des organismes de l'Etat et les organisations de la Société Civile. il s’insère dans une vision globale et toute une politique nationale fondée sur le respect des droits humains et l’institutionnalisation de l’équité du genre, déclinée dans un ensemble de réalisations auxquelles j’ai apporté mon engagement personnel ; j’en cite :

 

La retraite des ministres en 2016 en présence de Monsieur le Chef du Gouvernement pour former et sensibiliser les premiers décideurs de l’exécutif à l’approche genre et à son impact sur le développement et l’économie nationale,

La mise en place du Conseil des Pairs pour l’Egalité des Chances entre les femmes et les hommes et dont l’attribution principale est d’élaborer, mettre en œuvre et suivre l'exécution d'un plan National d’Action pour l’Intégration du Genre dans les politiques, les planifications et les budgets (PANING). Ce dernier a été adopté par un conseil des ministres en juin 2018. Ce Conseil, présidé par Monsieur le Chef du Gouvernement, est composé de hauts cadres de la fonction publique ainsi que de représentant.es de la société civile

Le Plan National d’Action en faveur des femmes et des filles en milieu rural, adopté par un conseil des ministres en août 2017 et visant l’amélioration des conditions des femmes en milieu rural, leur accès à la protection sociale, aux différents services et au travail décent. Ce plan est en cours de mise en œuvre grâce aussi à la contribution de l'ONU Femmes et à la coopération espagnole.

Le programme « Raida » qui a permis de créer plus de 2500 projets entre TPE et PME en faveur des femmes à travers tout le pays grâce à une ligne de crédit spéciale sans intérêt ni fonds propres.

L’adoption, en juillet 2017, de la loi organique portant sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et je suis fière d’avoir pu apporter mon empreinte sur le draft de cette loi, d’y inclure la violence politique et élever l’âge de maturité sexuelle à 16 ans au lieu de 13, et ce malgré une certaine résistance.

 

Si je cite toutes ces actions, c’est pour souligner qu’il ne peut y avoir de développement sans paix et sécurité et qu’une femme victime de violence ne peut être productive. Ce plan d’action national de mise en œuvre de la Résolution 1325 femme paix et sécurité n’est pas un objectif en soi, mais une pierre angulaire nécessaire à la Tunisie pour consolider davantage les droits humains des femmes et garantir l’égalité et l’équité du genre. Le vrai travail commence à la mise en œuvre de ce plan avec la mobilisation et le plaidoyer pour son appropriation par toute la société tunisienne. Lancer le plan de la résolution 1325 est un pas mais le plus important reste à accomplir. Je suis optimiste et convaincue qu’ensemble, nous parviendrons à instaurer la paix dans les esprits des femmes et des hommes.