Tunisie : les filles codent et proposent des applications en réponse aux besoins de leur communautés

Depuis quelques mois, 300 jeunes filles tunisiennes sont en pleins préparatifs pour la troisième édition de la compétition de Technovation, une initiative globale qui invite les filles âgées de 10 à 18 ans à explorer les nouvelles technologies pour résoudre les problèmes de leurs communautés.

Date : lundi 24 avril 2017

En équipes, les filles développent des applications mobiles et utilisent les principes du business planning pour défendre leurs projets avec l’appui de leurs mentors. Cette année, 70 équipes et plus de 300 candidates se sont inscrites pour la compétition nationale en Tunisie et les finalistes seront annoncées en mai.

Tunisia_Technovation_Sara_Ghodban_team_article
Sara Ghodbane (troisième à partir de la gauche) a participé à Technovation pour la première fois en 2016. Photo: Ambassade des Etats-Unis en Tunisie / Zouhair Sfaxi
Sara Ghodbane, 16 ans, est parmi les participantes de cette année, mais elle n’est pas à sa première expérience Technovation. « J’étais déçue de ne pas avoir gagné la compétition l’année dernière, mais ça ne m’a pas empêchée de rejoindre l’aventure encore cette année car j’avais beaucoup appris des femmes que j’avais rencontrées en 2016 et que je considère comme des idoles » dit Ghodbane. « Cette expérience a renforcé ma créativité, ma curiosité et ma capacité à résoudre des problèmes » ajoute-t-elle.  


Réduction de la pauvreté, enseignement de qualité, santé et bien-être, action climatique, paix et justice ou encore égalité des sexes : cette année, les équipes se familiarisent avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) et leurs projets devront répondre à l’une de ces problématiques. Ainsi, Sara Ghodbane et son équipe ont choisi de travailler sur l’ODD portant sur l’élimination de la pauvreté en développant une application qui s’appelle TOTE et qui utilise le gaming couplé à un système de récompenses pour encourager les utilisateurs à effectuer des dons de vêtements, de jouets ou autres produits aux nécessiteux via une association ou une entreprise sociale.

Tunisia_Amel_Ghouila_Technovation_finalists_2016
Amel Ghouila (en rouge) avec les finalistes du pitch national de 2016. Photo: Ambassade des Etats Unis en Tunisie / Zouhair Sfaxi

La première édition de Technovation a eu lieu en Tunisie en 2015 avec l’appui de l’Ambassade des Etats Unis. « Quand j’ai commencé à chercher des candidates tunisiennes pour la première édition, les gens avaient tendance à sous-estimer la capacité des filles à développer des applications et présenter des pitchs dans le domaine du digital. Après beaucoup d’efforts, on a réussi à inscrire 54 filles qui ont constitué 15 équipes, parmi lesquelles 9 seulement ont déposé leurs projets dans les délais » se rappelle Amel Ghouila, une bio-informaticienne tunisienne qui a joué un rôle majeur dans le succès de cette initiative qui prendra de l’ampleur. En effet, ONU Femmes a rejoint l’initiative en 2016 et introduit Orange Tunisie comme nouveau partenaire pour fournir un appui financier et un encadrement technique. Le nombre de participantes à Technovation a aussi triplé : 183 filles de toutes les régions de Tunisie se sont inscrites à la compétition et 20 équipes ont déposé leurs idées de projets avec succès.


La compétition a offert aux participantes des opportunités qu’elles n’avaient jamais considérées auparavant. En juillet 2016, Leila Mnekbi, Mariem Turki, Olfa Jabnouni et Nesrine Maghdiche, membres de l’équipe « Born To Tech », étaient les premières à représenter un pays arabe dans le sommet mondial de Technovation à San Francisco aux Etats-Unis. Leur application SKYLLS lie les diplômé-e-s universitaires avec des mentors pour les aider à développer leurs compétences et augmenter leurs chances de trouver un emploi. En Tunisie, le chômage touche 31% des diplômé-e-s et le manque d’encadrement est souvent cité parmi les besoins. « Nous avons passé de longues nuits à identifier la portée de notre projet et à essayer de trouver des solutions en plus de la charge de travail à l’école. » explique Leila Mnekbi qui avait 17 ans au moment de participer à la compétition. « Nos efforts ont été récompensés quand nous étions choisies pour présenter notre pitch au sommet mondial de Technovation à San Francisco. Rencontrer d’autres jeunes filles de tous les pays qui codent m’a convaincu que nous devons être encouragées à explorer de nouveaux domaines malgré la résistance à laquelle on peut faire face » ajoute-t-elle. Leila et les membres de son équipe sont dans leur dernière année du lycée et elles continuent à améliorer leur application. Elle veut devenir entrepreneure dans le secteur du digital.

Tunisia_Technovation_Team_Born_to_Tech
De gauche à droite: Leila Mnekbi, Mariem Turki, Olfa Jabnouni, Nesrine Maghdiche ont gagné la finale de la compétition en 2016 et ont été invitées à présenter leur travail au pitch mondial à San Francisco. Photo : Amel Ghouila

Pendant la cérémonie de lancement de Technovation 2017, Hela Skhiri, Coordinatrice des programmes d’ONU Femmes en Tunisie, a attiré l’attention des participantes sur les discriminations contre les femmes et les filles « Lorsque ONU Femmes promeut l’intérêt et la formation des filles dans le secteur du digital, on contribue au questionnement des normes et stéréotypes sociaux qui ne les encouragent pas à investir un domaine émergent et porteur ; On les amène aussi à s’intéresser aux besoins de leur communauté afin de créer des applications qui améliorent le quotidien ».  

Pour le pitch national de cette année, les organisateurs ont ajouté au programme des ateliers préparatoires qui ont parcouru plusieurs régions afin d’encadrer les jeunes candidates et leur apprendre les bases du code et la réalisation de business plans. Autre nouveauté cette année : le réseaux des partenaires de Technovation Tunisie s’élargit avec l’UNICEF qui se joint à ONU Femmes, Orange Tunisie et l’Ambassade des Etats Unis.

Pour plus d’information sur la compétition de Technovation en Tunisie, visitez http://www.technovationtunisia.com/