Impliquer davantage les femmes dans le processus de lutte contre le changement climatique et l’accès au financement

Elles étaient plus de 60 femmes représentant des ONG marocaines, tunisiennes, et africaines à bénéficier d’une formation sur la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes dans le but d’accélérer l’action à l’encontre du changement climatique.

Date : lundi 21 novembre 2016

Organisée dans le cadre de la COP22, cette formation, qui s’est tenue le 12 novembre dans l’espace vert du site de la COP, a été initiée par ONU Femmes en collaboration avec la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique (CMJC). Elle a été animée par Yannick Glemarec, Sous-secrétaire général et Directeur exécutif adjoint aux politiques et programmes d’ONU Femmes et Oulimata Sarr, Conseillère régionale en autonomisation économique au Bureau de l’Afrique de l’Ouest d’ONU Femmes.

Yannick Glemarec ONU Femmes à la COP22 pour formation société civile égalité de genre et changement climatique
Yannick Glemarec, Sous-secrétaire général et Directeur exécutif adjoint aux politiques et programmes d’ONU Femmes avec les membres de la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique


Familiariser les membres de la société civile avec les principes de base sur les sciences du climat, les informer sur le déroulement des négociations, et positionner l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes comme droit fondamental et solution incontournable pour la lutte contre le changement climatique et le développement durable : tels étaient les objectifs de cette journée. A cet effet, Yannick Glemarec a présenté un aperçu sur les 25 ans de négociations sur le climat avant d’exposer les barrières qui freinent l’intégration du genre dans ce processus, mais surtout, les opportunités qui permettront la réalisation des objectifs lié à l’égalité ainsi qu’à la lutte contre le changement climatique.

Afin d’outiller les participantes avec les éléments nécessaires à l’initiation d’actions concrètes à l’encontre des effets du changement climatique, des documents de référence ont été présentés afin d’expliquer les moyens par lesquels on peut améliorer l’accès des femmes aux financements et soutenir leurs efforts pour l’intégration d’une perspective sensible au genre dans les instruments de financement. Selon Oulimata Sarr, les financements bien étudiés et les dossiers bancables permettent de concrétiser les projets dans le domaine de l’adaptation au changement climatique.  Ceci a été démontré à travers des études de cas du Sénégal et de la République Démocratique du Congo ou l’engagement des femmes pour une agriculture résiliente face au changement climatique a positivement impacté l’environnement ainsi que le niveau de vie dans leurs communautés.

La journée de formation sur la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes dans le but d’accélérer l’action à l’encontre du changement climatique s’est clôturée par des échanges riches et instructifs avec un engagement fort de la part des membres de la CMJC pour continuer de défendre et intégrer le principe de l’égalité dans leurs initiatives.