Oú je me tiens : Souhad Azennoud

Date : jeudi 2 juin 2016

 

Quote

Dans notre commune montagneuse de Kissane, dans la province de Taounate, au Maroc, on constate vraiment les effets du changement climatique. Les gens le voient et disent : « Avant, le blé était plus haut, et il n’avait pas besoin de traitement ». J’ai l’impression qu’en plus, le savoir-faire agricole des anciens est en train de se perdre – et cela aggrave encore la situation.

Si on laisse la région comme ça, on va dans le mur. Je pense qu’une des solutions, c’est l’agroécologie, une pratique qui rend la relation entre les personnes et la nature harmonieuse et que je défends. Ici, nous, les femmes, nous sommes les plus réceptives à la protection de nos semences locales et anciennes. On a d’ailleurs créé un groupe dans lequel on s’échange nos semences. Les femmes sont les premières concernées par le changement climatique, car elles sont les principales à travailler dehors. Elles sont aussi les premières à agir pour s’adapter au changement climatique.

Notre but, c’est que toute la commune rurale où l’on vit prenne conscience de l’importance d’une agriculture durable. Mais il est nécessaire d’allier ces prises de conscience à des activités génératrices de revenus. Si la femme gagne sa vie correctement, elle va rester à la campagne. Autrement, elle va pousser sa famille à partir. On ne peut pas être seul, il faut se regrouper ! Par exemple, les aides des ministères ne sont percevables que par un ensemble de personnes. Je suis adhérente à une coopérative agricole et j’en ai créé d’autres : je pousse les gens, et les femmes, à travailler ensemble. Voilà ce que nous faisons à notre niveau. Mais le changement climatique est mondial : il faut que tout le monde s’y mette. »


ODD 13 : Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques
ODD 15 : Vie terrestre

Souhad Azennoud, 53 ans, de la commune rurale de Kissane, au Maroc, est une des plus de 200 femmes qui bénéficient de formations organisées par Terre et Humanisme et ONU Femmes dans le cadre du projet de l’« Appui aux femmes semencières pour un développement égalitaire ». Membre fondatrice de la coopérative agricole Ariaf Kissane, elle est devenue une des animatrices en agroécologie de renommée mondiale et a remporté le Premier Prix Terre de Femmes Maroc en 2016. Son travail est directement lié à l’Objectif de développement durable n°13 qui vise à lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions, et l’ODD n°15, qui cherche assurer la préservation des écosystèmes montagneux, notamment de leur biodiversité, pour le développement durable.

Lisez plus d'histoires de la série éditoriale « Où je me tiens ».